Comment choisir son parquet: les critères sur lesquels on peut se baser

Vous avez opté pour un design unique de votre sol ? vous avez zappé le carrelage ou la moquette ? le parquet est l’élément par excellence qu’il vous faut. Au moment de la rénovation de votre intérieur et du revêtement de votre sol, vous avez un large choix de parquet sur le marché. En effet, un large éventail de choix se présente à vous, chaque modèle possède son rendu, sa durabilité, ainsi que ses qualités. Saviez-vous qu’il existe même des parquets spécifiques pour la salle de bain, ainsi que des parquets qui offrent un même rendu qu’un parquet à l’ancienne ? l’essentiel est aussi de savoir si votre parquet peut supporter des rénovations, car nombreux sont les parquets qui ne peuvent être utilisés qu’une fois, et ce, pour une seule pose. Vous l’aurez certainement compris, il est très important de bien faire son choix de parquet, pour ce faire vous pouvez déjà vous fier par la norme UPEC, qui définit l’usure, le poinçonnement, la résistance à l’humidité et aux produits chimiques. Lorsque vous choisissez un parquet, vous devez également choisir son épaisseur mais également le type de poses.

Comment choisir l’épaisseur ?

Lorsqu’il s’agit de choisir son parquet, il y a 3 mesures à connaître et à prendre en compte

  1. La longueur des lames
  2. La largeur des lames
  3. L’épaisseur des lames

L’épaisseur des lames qui composent l’ensemble du parquet dépend de la pose et surtout du type du parquet. Un parquet massif traditionnel par exemple sera posé sur lambourdes et fera au moins 20mm d’’épaisseur, tandis qu’un parquet contrecolléaura une épaisseur de 10mm à 15 mm. Cette différence d’épaisseur s’explique par le fait qu’un parquet contrecollé est beaucoup plus stable qu’un parquet massif. Il est important à savoir que pour les parquets massifs et contrecollés, avoir une grande épaisseur permet d’envisager plusieurs rénovations sans avoir à s’inquiéter. L’épaisseur est un élément important à ne pas négliger car elle permet de garder le parquet plus longtemps. Enfin, à noter également que pour les travaux de rénovation, plus précisément pour la pose du parquet sur un revêtement de sol déjà existant, l’épaisseur conseillée est de 10mn. Si le parement, c’est-à-dire la partie supérieure (généralement la partie de bois noble) est plus épais, l’épaisseur sera plus importante.

Types de poses du parquet

  • Pose flottante : pour ce type de pose, avant de poser les lames, il faut installer une sous-couche technique afin de fortifier l’isolation thermique et acoustique de votre parquet. Pour une pose flottante, la pose des lames est facile, elles sont collées entre elles (pas au support). Cette pose est uniquement réservée aux sols stratifiés et n’est pas adaptée pour les parquets massifs.
  • Pose clouée : le parquet est cloué sur des lambourdes. Les lames sont ensuite posées perpendiculairement au-dessus du support en bois et y sont clouées. Il est préférable d’opter pour des lames d’une épaisseur de 20mm afin d’avoir une plateforme assez rigide. C’est l’une des poses les plus chères, car sa pose est très longue et nécessite un savoir-faire.
  • Pose collée : pour ce type, le parquet est comme son nom l’indique, est posé sur le support plan. Ce support peut être du béton, d’un contreplaqué, ou de panneaux à particules. La colle est donc étalée sur le support à l’aide d’une spatule et les lames sont entreposées dessus. La pose collée est la pose la plus commune actuellement pour les parquets massifs.

En résumé, il est essentiel de bien choisir son parquet, en fonction du résultat attendu (visuel, longévité, facilité d’entretien, possibilité de réutilisation après rénovation, type de sous-couche, etc.). Pour chaque type de pose, une épaisseur définie sera spécifique à chaque variété, comme par exemple pour le contrecollé, une épaisseur de 14/15mm sera l’idéal, pour le sol stratifié 2.5mm, pour le parquet massif au moins 20mm.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.