Quel chauffage choisir pour votre maison ?

Avec l’augmentation incessante du prix des énergies, le budget associé aux dépenses de chauffage et d’électricité occupe une place de plus en plus importante dans les dépenses quotidiennes des ménages. La facture de chauffage représente bien souvent le poste de dépense d’énergie le plus onéreux, et c’est pour cette raison qu’il faut choisir un système performant, permettant de réaliser des économies.

Le choix du meilleur système de chauffage doté de l’énergie la plus appropriée est crucial pour baisser les factures énergétiques. Lors de l’achat ou de la rénovation d’une maison, il est important de se poser les bonnes questions sur le type de chauffage à adopter.

De nombreux éléments doivent être pris en considération, notamment l’isolation thermique du logement et l’efficacité des équipements de chauffage installés. Plusieurs aides financières sont disponibles, en rapport avec des installations écologiques ou utilisant les nouvelles énergies.

chauffage maison neuve

Choix du chauffage pour une maison neuve

Il est important de noter que les logements neufs sont réglementés par la RT 2012, qui a pour objectif de réduire la consommation énergétique des nouvelles constructions, pour la fixer à 50 kWhep/m par an. Une nouvelle réglementation thermique est sur le point d’être mise en place, elle concerne les maisons à énergie positive, qui produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment.

Par ailleurs, il est important de bien penser l’orientation de la maison, en privilégiant l’orientation des façades vers le sud, et en installant de grandes surfaces vitrées, qui favorisent l’ensoleillement naturel.

La puissance du système de chauffage à installer dans un logement neuf dépend de la zone géographique et du climat de la région. Il faut tout de même souligner qu’une construction neuve est a priori bien isolée, il est donc généralement inutile d’investir dans des dispositifs trop complexes.

Il est également conseillé d’associer le chauffage à la production d’eau chaude sanitaire, afin de réaliser des économies.

La RT 2012 préconise certains systèmes de chauffage performants, comme les chaudières à condensation, les poêles à bois, les pompes à chaleur, ou les chauffages électriques à inertie. Tous ces dispositifs peuvent bénéficier d’aides à l’achat, comme le crédit d’impôt ou la prime énergie.

La chaudière à condensation gaz ou fioul

La chaudière à condensation gaz assure une économie allant jusqu’à 35%, sur la consommation de gaz. Il s’agit d’un système de chauffage performant, économique et rentable, puisque son prix est abordable.

La chaudière à condensation fioul est appropriée pour les logements équipés d’un chauffage central. Elle assure un bon rendement et permet de réaliser des économies.

La pompe à chaleur air-eau

La pompe à chaleur air-eau est un système efficace qui capte les calories contenues dans l’air et les transforme en chaleur. La ressource employée étant gratuite, ce dispositif permet de réaliser des économies qui vont jusqu’à une division de la facture par 3. Le prix à l’achat est assez élevé, mais il est possible de bénéficier de certaines aides financières.

Les poêles à bois, à bûches ou à granulés

Le bois étant l’une des ressources les moins chères, l’utilisation des poêles à bois est idéale pour chauffer les pièces de la maison. Ces dispositifs sont généralement esthétiques, et leur design s’harmonise parfaitement avec des maisons contemporaines.

Les radiateurs électriques à inertie

Les radiateurs électriques à inertie sont issus des dernières technologies des radiateurs électriques. Ils fonctionnent selon un mécanisme de transmission longue de la chaleur par rayonnement, ce qui permet d’assurer des économies sur la consommation énergétique. L’inconvénient de ce système de chauffage demeure le prix de l’électricité, qui est encore aujourd’hui l’énergie la plus chère.

chauffage pour une maison ancienne

Quel chauffage pour une maison ancienne ?

Dans une maison ancienne, c’est toujours la question de l’isolation thermique qui prime sur le choix du type de chauffage à installer. Selon l’ADEME, les déperditions de chaleur se font à 30% par les toits, et à 25% par les murs. Il faut donc penser en priorité à une bonne isolation des combles, et ensuite éventuellement envisager une isolation des murs.

Les équipements à mettre en place dans un ancien logement doivent être efficaces su le plan énergétique, que ce soit dans le cadre d’une première installation ou d’un remplacement. La performance énergétique des équipements choisis peut donner lieu aux aides écologiques, comme le crédit d’impôt, la prime énergie, ou l’éco-PTZ.

Il ne faut également pas perdre de vue qu’un investissement dans un système de chauffage performant offre une plus-value au logement, en cas de revente plus tard.

L’insert de cheminée

L’insert de cheminée peut être un équipement intéressant pour les logements qui disposent d’une cheminée à foyer ouvert. Ce dispositif réduit le risque d’incendie, diminue la pollution, et assure un rendement nettement supérieur à celui de l’ancien foyer.

La pompe à chaleur

Que ce soit pour les logements neufs ou anciens, la pompe à chaleur représente un bon investissement, et peut chauffer efficacement les grandes pièces.

Les poêles à bois

Tout comme pour les maisons neuves, les poêles à bois, associées à une énergie peu chère, permettent de réaliser des économies importantes sur la facture d’énergie.

Les radiateurs à chaleur douce

Les radiateurs à chaleur douce sont parfaits pour les logements déjà équipés avec un chauffage électrique. Ce choix peut être effectué en partant du principe qu’il est préférable de rester sur une énergie chère que d’investir dans une nouvelle installation, dont l’investissement peut être particulièrement lourd.

énergie chauffage

Chauffage, quelle énergie choisir ?

Le choix de l’énergie est une étape cruciale qui doit aboutir à une solution cohérente de chauffage, à la fois peu chère, durable et écologique.

Il existe 4 types d’énergies pour chauffer un logement, l’électricité, le fioul ou mazout, le bois et le gaz, en sachant qu’il existe des solutions pour diminuer la dépendance aux énergies fossiles, et ainsi réduire l’impact de l’augmentation perpétuelle des tarifs. Chacune de ces énergies possède un certain nombre d’avantages et d’inconvénients.

Le chauffage à l’électricité

L’électricité étant une énergie onéreuse, ce type d’énergie est intéressant pour chauffer les appartements et les petites superficies. L’avantage du chauffage à l’électricité est qu’il ne nécessite pas d’installation importante dans un logement, et présente donc un investissement faible au départ.

La solution du chauffage à l’électricité est particulièrement chère pour les logements de plus de 100 m², à moins d’installer des panneaux solaires, si la maison se trouve dans une région ensoleillée. Ce type de chauffage peut être envisagé en complément d’un chauffage au bois, ou pour des petites surfaces bien isolées.

Le coût annuel moyen d’utilisation pour un chauffage à l’électricité est estimé à 1640 euros.

Le chauffage au fioul ou mazout

Le fioul est plus approprié pour les maisons non raccordées au réseau de gaz naturel, son prix au litre est directement lié à la fluctuation du tarif du pétrole. Cette énergie permet une diffusion rapide et homogène de la chaleur.

Les chaudières fonctionnant au fioul prennent beaucoup de place et ne sont pas adaptées pour une installation dans des petits appartements. Ce dispositif nécessite aussi l’installation d’une cuve pour stocker le fioul, ainsi qu’un approvisionnement annuel.

Le chauffage au fioul est de plus en plus contesté, car il est très énergivore, et engendre d’importantes émissions de CO2, et ce en dépit des avancées technologiques, comme l’apparition des chaudières à condensation. La plupart des chaudières à fioul ne sont d’ailleurs plus éligibles au crédit d’impôt, depuis le 1er janvier 2019. Il faut compter en moyenne entre 6000 et 9000 euros pour l’installation d’une chaudière à condensation au fioul, et 1670 euros de coût d’utilisation annuelle.

Le choix du chauffage au fioul doit se faire en dernier recours, pour les logements non raccordés au gaz de ville, qui n’ont pas la possibilité d’installer une pompe à chaleur.

Le chauffage au bois

Même si le bois représente l’énergie la moins chère, il est aussi à l’origine d’importantes émissions de CO2. Le bois utilisé pour le chauffage peut être en granulés, en plaquettes ou sous forme de bûches.

Le bois est employé préférence pour un chauffage d’appoint, et ne peut être utilisé dans un appartement qui ne dispose pas d’une cheminée. Il nécessite également un endroit de stockage, ainsi qu’un dispositif de combustion, comme un poêle ou une chaudière.

Le poêle à granulés peut chauffer des surfaces inférieures à 100 m², ou servir comme chauffage d’appoint. Il est programmable, économique, design et bénéficie d’un bon rapport qualité / prix. Quant à la chaudière à granulés, elle peut chauffer de plus grandes surfaces et se raccorde au réseau de chauffage central. L’installation d’un silo pour stocker les granulés est nécessaire pour ce type de dispositif. La chaudière à granulés allie la simplicité d’utilisation d’une chaudière au confort du chauffage au bois.

Selon la région, il peut être plus ou moins difficile de s’approvisionner en bois, il est donc judicieux de se renseigner sur la présence de fournisseurs à proximité du logement avant de se lancer dans une installation.

Le chauffage à l’énergie solaire

Le soleil est une source de chaleur inépuisable, gratuite et 100% écologique. L’installation d’un dispositif de chauffage à l’énergie solaire est très coûteuse, mais peut être rentable dans les régions ensoleillées. Cette solution doit souvent être complétée par un système de chauffage d’appoint.

Le chauffage au gaz de ville

Le gaz de ville, ou gaz naturel figure parmi les énergies les moins chères, il est généralement disponible dans les appartements et les logements collectifs, et il est utilisé au moyen d’une chaudière à gaz, qui ne prend pas de place dans un appartement.

Cette énergie ne nécessite ni stockage ni approvisionnement, elle apporte un confort d’utilisation, et permet de réaliser des économies, malgré la hausse annuelle du prix du gaz. Grâce aux évolutions technologiques, les chaudières à gaz offrent des performances toujours plus accrues, et consomment de moins en moins d’énergie. Il faut compter en moyenne 3500 euros pour installer une nouvelle chaudière condensation à gaz, et cette solution est considérée comme étant la moins chère par rapport aux chaudières à granulés ou fioul.

Le coût moyen annuel de consommation pour le gaz de ville est de 1200 euros.

Le chauffage au gaz propane

La solution du gaz propane est envisagée quand le logement n’est pas raccordé au réseau de gaz de ville. Elle nécessite l’installation d’une cuve pour stocker le gaz, ainsi que la souscription d’un contrat d’approvisionnement annuel. Le propane est un gaz liquéfié, qui peut être utilisé pour la cuisson, le chauffage et l’eau chaude sanitaire.

Le gaz propane est plus cher que le fioul, mais c’est une énergie moins émettrice en CO2, qui donne droit aux aides et primes comme le CITE, l’éco-PTZ, ou la réduction de TVA. D’autre part, les dispositifs de chauffage au propane sont simples à installer, et les frais liés à la cuve de stockage sont généralement à la charge du fournisseur.

chauffage tout en réduisant sa facture

Comment bien se chauffer tout en réduisant sa facture, et sa dépendance aux énergies fossiles ?

Pour diminuer les dépenses énergétiques liées au chauffage, il est possible de mettre en œuvre quelques bonnes pratiques. Il est ainsi recommandé de réduire la température des radiateurs à 19 ou 20 degrés au maximum quand la maison est occupée, et à 15 ou 16 degrés quand tous les habitants sont absents.

Il est également conseillé d’éviter les douches trop chaudes, et le lancement de lessives avec une température supérieure à 30 degrés.

La dépendance aux énergies fossiles peut être diminuée en installant des panneaux solaires, une chaudière solaire ou une pompe à chaleur. Grâce aux panneaux solaires, un logement peut produire sa propre énergie, surtout si l’installation actuelle est totalement électrique, et si la maison est située dans une région ensoleillée.

La pompe à chaleur air-air ou air-eau est une solution à la fois économique et éco-responsable. Elle est idéale pour chauffer les logements de grande superficie, et produire l’eau chaude sanitaire. Il faut compter en moyenne 8000 à 12000 euros pour installer une pompe à chaleur air-eau, pour un coût d’utilisation annuelle de 890 euros.

Enfin, pour les propriétaires de logements raccordés au réseau de gaz naturel, il est conseillé de ne pas changer d’énergie. Un simple remplacement de la chaudière par une chaudière à condensation permet d’obtenir une meilleure efficacité de chauffage, tout en réalisant jusqu’à 30% d’économie sur la facture.

Stéphane

Blogueur du bricolage. J'ai travaillé dans plusieurs enseignes de bricolage comme Castorama , Bricorama et Bricoman dans le secteur du gros oeuvre depuis 20 ans

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.