Bois compressé: comment peut-on sécher du bois ?

Raison du séchage du bois

Pour obtenir du bois à fort potentiel calorifique, il faut le sécher puisque le séchage participe à augmenter ce pouvoir. Cela consiste en la diminution du taux d’humidité contenu dans le bois compressé, d’une certaine façon à lui faire subir un processus de déshydratation par diverses méthodes dont certaines naturelles ou d’autres artificielles. Lisez la suite pour obtenir quelques conseils pour savoir comment sécher du bois utilisé pour le chauffage, en particulier pour des poêles, ainsi que des cheminées.

Bois séché à l’air libre

Ce procédé est très simple, il consiste simplement à laisser sécher des bûches en le mettant à l’air libre, à l’extérieur de la maison, ou de votre logement, pendant plusieurs mois. Ce sont les éléments naturels, autrement dit le vent et le soleil, qui vont sécher naturellement le bois compressé en extrayant l’eau de l’intérieur de la matière. Au cours de cette période qui est longue, le bois est également sujet aux intempéries de tout type, la grêle, la pluie, ou même la neige, qui peuvent humidifier à nouveau le bois. En guise de protection de ces aléas, il est bon de recouvrir les bois à l’aide d’un revêtement étanche comme une tôle de forme adaptée et bien fixée. Une autre isolation est nécessaire: il faut éviter le contact du bois avec le sol pour prévenir les remontées d’humidité. Le bois récemment coupé peut même mettre en moyenne deux ans pour sécher vers le sud de la France, voire plus, trois ans dans la moitié nord. C’est la solution la plus longue.

Bois séché au four

  • Sécher artificiellement du bois permet d’atteindre un séchage plus précis en terme de taux d’humidité et très rapidement. Ce processus s’effectue en quatre étapes :
  • Ranger convenablement des palettes, containers ou autre contenant de bois, coupé et fendu, à l’intérieur du four,
  • Élever la température du four à 85 ° C pendant deux à trois jours,
  • Laisser reposer le bois en dehors du four.

Cette phase est importante pour que le bois puisse sécher totalement, vu qu’après le séchage du bois par l’usage du four, l’intérieur des bûches n’est pas encore sec, mais seulement l’extérieur. La suite de l’opération se déroule donc pour l’intérieur, par exemple, en le faisant reposer pendant environ quinze jours dans un abri.

Certains procédés plus élaborés fonctionnent plusieurs étapes d’augmentation et diminution de température sur des durées à géométrie variable pour accélérer le processus de séchage et sa performance à l’intérieur du bois.
Le procédé est très écologique. Les étuves, appareil de chauffage, utilisent une énergie qui provient des restes récupérés de biomasse suite à la découpe du bois et des écorces.
Les bûches peuvent aussi être séchées grâce à des fours de basse température, souvent des fours solaires (dont un usage de chaudière biomasse). C’est un procédé qui est plus long, il peut durer plusieurs semaines. Il a cependant l’avantage d’être plus économique.

Durée de séchage du bois

Avec le processus naturelle, le temps de séchage bois pour le chauffage peut varier de 24 à 36 mois pour atteindre du bois avec un taux de séchage de 20 à 25%. Ces données sont valables principalement avec du bois fendu. Pour le saccage en rondin, cela peut prend plus de temps. L’essence du bois est un élément à tenir en compte pour évaluer ce temps de séchage. Par exemple, les résineux ont pour propriété de sécher plus vite dans une période plus rapide de 6 mois à 1 an, et les feuillus durs sèchent beaucoup plus lentement. En revanche, le temps mis lors de séchage artificiel est bien plus court, entre deux semaines et un mois pour atteindre un séchage optimal pour un bois prêt à l’usage.

Quelques conseils pratiques

Pour un séchage rapide, fendre le bois est recommandé accélérer le bois, car en le coupant en plusieurs morceaux plus petits, l’épaisseur de chacun est réduit et de fait plus rapide à sécher de l’intérieur. Il est nécessaire d’étudier la manière dont est coupé le bois. Il faut en outre, adapter la taille de coupe des bûches aux dimensions de votre appareil de chauffage.

Pour un séchage à l’air libre, il est recommandé de tester régulièrement le taux d’humidité du bois pour atteindre un taux inférieur à 25%, seuil d’acceptation pour l’usage du bois. Si tel n’est pas le cas, il faudra attendre encore quelques mois pour le séchage total du combustible. Le taux d’humidité maximal pour un bois de chauffage sec doit être au plus de 20%. Pour avoir un taux d’humidité très inférieur, il utiliser des bûches compressées ou des pellets qui ont une humidité entre 8 et 12%.
Soyez attention cependant à conserver un taux minimal pour garder un niveau de rendement en énergie de l’essence, par l’évaporation des esters volatiles à l’origine du haut pouvoir calorifique du bois.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.